Extrait 1 : Sos, je suis amoureuse !
(Sans correction !)

Je vous présente Zoé ! 🥳

– Zoé –
.1.

C’est décidé, cette année, j’arrête les conneries !

Voici ce que j’inscris sous le selfie que je viens de poster pour la rentrée. D’un coup d’œil dans le miroir, je réalise que mon rouge à lèvres a débordé. Aussi, je rectifie cette bévue en soupirant :

— Ça commence bien…

J’ai tout juste le temps d’essayer d’effacer la photo que j’ai déjà reçu des commentaires pour se moquer de ce léger raté. Dépitée, je laisse tomber. Je hausse les épaules et j’enfile mes chaussures en criant à ma mère :

— J’y vais !

En me voyant sortir de ma chambre en courant, elle m’avertit :

— Doucement ! Tu vas réveiller ta sœur !

Je prends mes clés, ouvre la porte et la claque sans le faire exprès.

— Oups…

Je me mords la lèvre et je recule en faisant le moins possible de bruit. Mais je reçois un message de Camille.

[07 h 30 — Je vais te tuer !]

— Mega oups !

Je m’enfuis vite fait par l’escalier. En arrivant tout essoufflée en bas, je lui réponds.

[07 h 32 — Pardon !]

Je range mon téléphone dans ma poche et je lève les yeux au ciel en me convainquant intérieurement du succès de ma résolution.

Bon ! Ce n’est pas grave ! Ce ne sont que de petites gaffes puis c’est à la maison. Cette année, je dois effacer l’étiquette « Miss Boulette » que tout le monde me colle sur mon front !

Avec enthousiasme, je rejoins mon lycée.

Aujourd’hui, j’entre en terminale. À dix-sept ans, j’espère enfin vivre une année « normale » et sans catastrophe. Pour cela, je me suis fixé des objectifs. Le premier étant de faire attention à ce que je fais pour que ma maladresse ne se rajoute pas à ma malchance intersidérale !

Je trottine sur le chemin du bahut. Je suis enjouée ce matin, je crois fermement en ma capacité à être sérieuse.

Il suffit de me concentrer.

Avant de traverser, je vérifie plusieurs fois qu’aucune voiture ne va me renverser puis je m’élance. Au moment où je mets un pied sur la chaussée, un véhicule déboule à toute vitesse, je me précipite donc de l’autre côté. Quand j’y arrive, je croise les doigts en levant les yeux au ciel.

— Pitié ! Pitié ! Un peu de chance, quoi…

J’ai conscience d’avoir l’air parfaitement idiote, cependant, je m’en moque ! Je suis comme ça !

Je reprends ma route sagement, peut-être un peu trop parce que je me rends compte que je traîne au moment où ma meilleure amie m’écrit un message.

[07 h 45 — Tu es où ? Je t’attends, moi !]

J’accélère brusquement le pas pour ne pas être en retard. Seulement, je le suis déjà. Je lui réponds vivement.

[07 h 46 — Oups ! J’arrive !]

En parvenant au lycée, je réalise que tout le monde est rentré. Je fonce consulter le panneau pour voir dans quelle classe je vais être. Je croise une nouvelle fois les doigts en cherchant mon nom et celui d’Élisa.

Pitié ! Pitié ! Pourvu que je sois avec Élisa !

Lorsque je trouve mon nom, plus bas, il y a celui de ma meilleure amie. Soulagée, je cours jusqu’à ma salle pour la rejoindre. Au moment où je pousse la porte menant au couloir, je suis à bout de souffle. Je relève la tête pour voir qu’Élisa me fait signe de venir.

— Zoé !

Elle m’a trop manqué, je me rue vers elle sans hésiter.

— Élisa !

Le seul truc que je n’avais pas prévu, c’est que quelqu’un sorte des toilettes. Je me prends un garçon en pleine figure. Le choc est un peu brutal. Je m’excuse :

— Pardon !

Comme il a fait tomber son téléphone, j’avance pour le ramasser, mais il fait de même. Pour enchaîner les gaffes, j’écrase son pied de tout mon poids. Je sursaute et m’écrie :
— Oups !

Tout se passe très vite, il se penche pour attraper son smartphone, mais j’essaie de le devancer. Comme je me suis précipitée, je n’ai pas le temps de m’écarter lorsqu’il se redresse. Je heurte son crâne de plein fouet. Je l’entends gémir en se tenant la tête :

— Aïe !

De mon côté, je tiens mon menton parce que j’ai morflé aussi. J’ai bien envie de râler, mais, dès qu’il se tient droit, je me confonds en excuses :

— Oups ! Pardon ! Désolée !

Je m’avance vers lui pour voir si je ne lui ai pas fait trop mal. Cependant, il lève les bras en éclatant de rire :

— Stop ! Pitié ! Je me rends !

Je me fige tandis que, mort de rire, il secoue la tête en me lançant :

— Pitié, ne bouge plus !

Ma mâchoire se décroche face à son large sourire. Il me demande :

— Tu as toujours tes dents ?

J’ai un peu du mal à suivre, mais j’ai une bonne excuse : le sourire et les grands yeux bleus de cet inconnu me troublent complètement. Je bafouille :

— Hein ?

Il me désigne ma bouche comme si j’étais débile.

— Tes dents ! Tu n’as pas mal ? Le coup que tu m’as mis était violent !

Je percute en bredouillant :

— Heu… Je crois…

Comme si j’étais un petit chien tout-fou, il agite mes cheveux puis s’écarte. Il ose même me faire la morale :

— Tant mieux ! Essaie de te lever plus tôt demain afin d’éviter ça.

J’en reste sans voix. Élisa se précipite vers moi et me questionne :

— Ça va ?

Je suis ce garçon du regard en ayant le cœur battant la chamade. Ma meilleure amie claque ses doigts devant mes yeux pour attirer mon attention.

— Allo, Zoé !

Je murmure :

— Je crois que je suis amoureuse…

Élisa pouffe :

— Qu’est-ce que tu racontes ?

J’attrape son bras et je le secoue en lui criant presque :

— Sos ! Je crois que je suis amoureuse !

Médusée, ma meilleure amie suit mon regard et tombe sur le garçon que je viens de bousculer. Elle glousse aussitôt :

— Oh, de lui ?

J’opine en lui demandant vivement :

— C’est qui ? Tu le connais ?

Amusée, Élisa pose sa main sur mon front pour vérifier que je n’ai pas de température puis plaisante :

— Heu… Pas de fièvre, mais tu as pris un sacré coup dans la tronche. Alors, calme-toi !

Affolée, je lui indique :

— Mais aide-moi ! Je crois que je viens de craquer pour lui !

En voyant que je suis sérieuse, Élisa cesse de rigoler et saisit mes épaules.

— Respire ! C’est la catastrophe, mais on va gérer !

Je sautille en lui faisant les gros yeux.

— Comment ?

Elle hésite, mais la sonnerie la sauve de mes interrogations. Elle prend mon bras et m’entraîne vers notre salle en déclarant :

— On va se débrouiller !

Je souffle en me laissant traîner.

Mon cœur bat si vite ! C’est le choc ? C’est son sourire ? Je n’en sais rien. Je me sens toute bizarre. C’est le coup de foudre ? C’est l’amour ? Catastrophe ! Je viens de tomber amoureuse !

Alors ? Prêtes à découvrir son histoire ?

Pour précommander au format papier et numérique :
https://amzn.to/2ScyJxn

#MC


20 Commentaires